Hommage à Karen Bach
photos extraites de Baise-moi
(Virginie Despentes et Coralie Trinh Thi)
disponible en DVD chez Pan-Européenne Distribution
Karen Lancaume débute sa carrière dans le porno.
En 2000, après une trentaine de films ( L'empreinte du vice, Journal d'une infirmière, La marionnette...), elle redevient Karen Bach en faisant un virage à 360°: « Double péné par 5 °C, suivie d’une éjaculation. Couverte de sperme, trempée, morte de froid, personne ne m’a tendu une serviette. Une fois que t’as tourné ta scène, tu vaux plus rien.
Pourquoi les femmes se prennent des mains au cul et pas les hommes ? Tout ce qu’on leur demande, c’est la compréhension, l’égalité.
Le porno, c’est des mecs qui jouissent sur la gueule des filles, la femme qui en prend plein la tronche.
Baise-moi , c’est le contraire.»

Baise-moi, à la fois porno féministe et nanard underground, ne m'a pas laissé un grand souvenir. Karen Bach si : juste et émouvante d'un bout à l'autre, elle était magnifique.
Nous ne l'avons pas revue au cinéma depuis.
Nous ne la verrons jamais plus.
Sa lettre d'adieu ne fait que deux mots : «trop douloureux.»
Hommage en images:

participer à la discussion